top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurClément Guérin

Tous les réfugiés comptent

Dernière mise à jour : 7 sept. 2023

Quand c’est un Ukrainien, c’est un réfugié qu'on accueille à bras ouverts mais quand c’est un Syrien ou un Afghan, c’est un dangereux clandestin qu'il faut repousser.


Deux poids, deux mesures.


Voilà ce que j'ai pensé, à chaud, quand j'ai vu comment les Ukrainiens allaient être pris en charge par l'Europe.


Car, pour la 1ère fois, l’Union Européenne a su se montrer réactive en activant la directive « protection temporaire ».


Concrètement, cela a permis aux réfugiés ukrainiens d’être immédiatement protégés au sein des pays de l’UE et d’obtenir un permis de séjour, de travailler, disposer d’un hébergement, d'accéder à des soins médicaux, etc…


Face à l’habituel parcours du combattant du demandeur d’asile lambda, c’est une révolution.


Toutefois, je ne peux m’empêcher de penser aux Syriens, aux Afghans et aux autres peuples ayant connu des circonstances similaires dans leur pays mais sans le même accueil en Europe.


Le but de ce post n’est pas de remettre en question la protection temporaire.


Quand les choses vont dans le bon sens, il faut évidemment s’en réjouir. Cela montre aussi que le pouvoir politique peut encore faire bouger les choses vite et bien.


Espérons à présent que cet élan de solidarité perdure et que le dispositif puisse être étendu.


Et n'oublions jamais que TOUS les réfugiés comptent.






18 vues0 commentaire

コメント


bottom of page